cultural tourism

La Tanzanie abrite environ 125 ethnies qui vivent en parfaite harmonie. Nous pouvons vous proposer de rencontrer certaines d’entre elles, par le biais de programme d’eco tourisme

Le tourisme culturel est un aspect important dans la promotion du développement durable des communautés. Cela permet aux ethnies rencontrées de donner l’opportunité de promouvoir leur culture et leurs traditions au sein de leur environnement.

PRINCIPALES ETHNIES

Les Masais, le peuple noble.

Vétus de leurs traditionnels shukas, les Masais font totalement partie des paysages du Nord de la Tanzanie. On peut les voir dans leurs villages mais aussi le long des routes et des chemins. Eleveurs, on peut les rencontrer autour de leur bétail, souvent gardé par des enfants.

Vivant dans une société patriarcale, les Masaîs changent de statut pendant leur vie, de jeunes guerriers à guerriers adultes jusqu’à leur vieillesse.

A chaqueage correspond des différentes responsabilités, des droits et des vêtements.

Les rites de passage des Masaïs suivent des règles bien précises.

La première étape permet au jeune enfant de devenir un Morane, un guerrier avec une chevelure enduite de terre rouge. Une cérémonie de 4 jours a lieu aux 12 et 15 ans du jeune. Le plus âgé du groupe est désigné pour être le chef des autres.

Un ou deux ans plus tard, les jeunes gens doivent montrer leur force en s’attaquant à un buffle, seulement avec leur mains comme arme, en signe de bravoure .Le jeune guerrier est alors circoncis et devient un Moran. Il vivra alors avec un groupe de compagnons du même âge et il va acquérir les droits de vêtir un shuka et de posséder un champ. Il doit faire ses preuves en chassant.

Lors de la cérémonie Eunoto, les Moranes peuvent accéder à un statut supérieur. Le groupe de la même classe d’âge choisi un leader (Olunoto) qui devra montrer son exceptionnelle moralité et sa force physique. Il aura alors le statut inférieur d’Oleguenani mais il bénéficiera d’un grand prestige et d’autorité. Confirmé par le laibon (le chef du village), l’Olunoto peut alors choisir une femme.

La polygamie est autorisée et les pariages sont souvent arrangés.

Vous pouvez rencontrer les Masaïs lors de visite de village, ou alors au lac Natron où vous pouvez avoir l’opportunité de vivre avec eux en immersion pendant 3 jours.

Hadzabe, les bushmen. Insolite et unique!

Les Hadzabe vivent aux alentours du Lac Eyasi, dans un leiu isolé de la vallée du rift. Ils sont considérés par les ethnologues comme le dernier peuple nomade chasseur de l’Afrique de l’Est.

Ils vivent dans des petits groupes familiaux d’environ 20 individus. Leur journée est organisée autour de la chasse. Ils n’ont pas d’habitat réellement bâti et stable. Il n’y pas de structure hiérarchique dans leur société.

Les familles se partagent l’éducation des enfants, la nourriture et d’autres ressources

Leur langue ressemble à la langue à click des Bushmen du Kalahari au Bostwana.

C’est très intéressant de les approcher Vous pouvez passer un moment au sein de leur communauté, vous communiquerez avec eux par le biais d’un guide local qui parle leur langue. Nous organisons des « chasses » avec eux. Rassurez-vus, il s’agit de chasse à l’arc et de petit gibier. Vous pouvez les rencontrer lors du safari RHINO ou d’un safari sur mesure.

Les Datogas, les bergers du Lac

Près du Lac Eyasi, vit la tribu des Datigas, des bergers de la région de Ngorongoro qui furent chassés par les Masaïs vers le Sud. Ils s’installèrent alors près du Lac Eyasi. Ils ont de nombreux points communs avec les Masaïs, même s’ils ont été longtemps ennemis ; Leurs maisons ressemblent à celles des Masais Les hommes sont polygames. Les Datogas sont aussi des forgerons.Les femmes ont des scarifications autour des yeux.

Lors d’une visite à Eyasi, nous vous propososn une visite des cette ethnie. Vous pouvez les rencontrer lors du safari RHINO ou d’un safari sur mesure.

LesBargaiget les Iraqw

The Barbaigethnic group lives in the Hanang region of Manyara.

Les Barbaig vivent dans le district de Hanang à Manyara. Ce district est connu pour le Mont Hanang, le troisième sommet du pays. Les alentours de ce mont sont habités par les Barbaig et les Irawq. Les Barbaig ont une culture basée sur la tradition, proche de celle des Masaîsdans l’organisation du groupe par tranche d’âge et par la structure sociale. Les Irawqs que l’on rencontre vers leLacde Babati, sont des agriculteurs.

Les Chaggas

Ce groupe ethnique vit sur les versants du Kilimandjaro, dans la région de Moshi et sur les versants du Mont Meru. Avec une population estimée aux alentours de 2 millions ils sont agriculteurs mais également dans le commerce et les affaires. Ils cultivent le café et les bananes. Ils organisèrent il y a longtemps un système d’irrigation qui fit encore ses preuves et qui a permis leur développement agricole. De nos jours de nombreux Chaggas vivent en ville et sont les leaders des activités touristiques, ou des entrepreneurs. Ils furent la première ethnie à se convertir au Christianisme et sont très pratiquants.

Les Sukuma, le peuple du Nord

Les Sukuma représentent le plus grand groupe ethnique de Tanzanie, soit plus de 12% de la population. Ils vivent dans le Nord, non loin du Lac Victoria. Ils n’ont pas un grand esprit de clan mais la famille demeure importante quand même. Ils cultivent le coton et pratiquent l’élevage, n